ANISONG #96 | Chieko Baishô

1ère diffusion le 13/01/2020

Chieko Baishô est l’interprète du générique du film Le Château ambulant (Howl no ugoku shiro / Howk’s Moving Castle), réalisé en 2004 par Hayao Miyazaki au sein du Studio Ghibli.

Chanson : Sekai no Yakusoku | Howl no ugoku shiro – Soundtrack (#26)

Enfant, elle avait déjà une très belle voix qui lui vaut d’intégrer à 13 ans le Shochiku Kageki Dan, une célèbre revue d’un opéra de Tokyo. Elle choisit finalement de devenir actrice et tourne son premier film en 1961 avec le réalisateur Noboru Nakamura. En parallèle, elle débute une carrière de chanteuse à partir de 1963. Son disque Sayonara wa Dance no ato ni (1965) sera d’ailleurs repris dans la bande originale du film Souvenirs goutte à goutte (Omoide Popoporo) de Isao Takahata, en 1991 et il a aussi beaucoup influencé les auteurs de Moonlight Densetsu, le générique de Sailor Moon !

Mais ce sont vraiment ses rôles à la télévision et au cinéma qui font le succès de Chieko Baishô, notamment une saga intitulée C’est dur d’être un homme (Otoko wa tsurai yo) qui compte plus de 50 films sortis entre 1969 et 1997 où elle tient le rôle de la demi-sœur du personnage principal, Tora-san. Mais elle tourne en plus une quarantaine de films et une vingtaine de drama, principalement jusqu’à la fin des années 1980. Elle a parfois prêté sa voix à des personnages dans des films d’animation à commencer par Sophie dans Le Château ambulant, qu’elle double aussi bien jeune que vieille. On peut l’entendre aussi dans le long métrage Unico, Le Roi Léo (1997) ou plus récemment dans Les Enfants du Temps de Makoto Shinkai (Fumi Tachibana, la grand-mère qui veut célébrer dans son jardin son défunt mari).

Quant à sa carrière musicale, elle a été surtout active jusqu’au milieu des années 1970, mais elle n’hésite pas à chanter encore aujourd’hui, comme pour le film d’animation en 3D Gamba, sorti en 2015 et dont elle interprète le générique de fin.

Il faut dire qu’elle est mariée au compositeur Reijirô Koroku qui a signé la B.O. de Pollyanna, mais aussi de nombreux films de cinéma. Il n’est donc pas étonnant de retrouver Chieko Baishô au chant dans des productions dont il a composé la musique comme Rennyô Monogatari (1998), l’histoire vraie d’un célèbre moine bouddhiste, ou encore le court métrage L’Oiseau bonheur (Tsuru ni notte – Tomoko no bôken, 2003), qui revient sur la tragédie d’Hiroshima à travers la rencontre de deux petites filles.

Chanson : Ano kowa miteru | Chieko Baishô Golden Best (#2-02)

Aujourd’hui Chieko Baishô ne tourne plus beaucoup, mais elle se produit encore régulièrement en concert. Beaucoup considèrent qu’elle a toujours l’une des plus belles voix japonaises de soprano.

Site officiel de Chieko Baishô

VOUS AIMEREZ AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE