Hironobu Kageyama : monsieur “Cha-La Head Cha-La”

Soldier Dream (Saint Seiya), Cha-La Head Cha-La, We gotta power (Dragon Ball Z), c’est lui ! Depuis trente ans, Hironobu Kageyama (alias Kage-Chan) a interprété avec sa voix rauque si caractéristique de nombreux génériques devenus culte au Japon, mais aussi en France.

Depuis les années 2000, Hironobu Kageyama fait partie du groupe JAM Project qu’il a co-fondé et qui alterne anisong (comme le générique de One Punch Man) et concerts.

Venu en France à plusieurs reprises, nous l’avions rencontré lors de l’édition “20e anniversaire” de Cartoonist qui s’était déroulée en mars 2013 à Toulon. C’est aux côtés de Nobuo Yamada (du groupe Make Up) et d’Akira Kushida (X-Or) qu’il avait donné un concert de clôture mémorable, suivi par un public en transe.

 

L’interview

Vous avez fondé votre premier groupe de rock, Lazy, à l’âge de 16 ans. Qu’aviez-vous en tête, à cette époque ?

Nous étions des amis d’enfance de longue date. C’était plus amusant de faire un groupe que d’étudier (rires) ! On jouait du hard rock en amateur. J’adorais ça et je voulais devenir pro. Ce rêve s’est concrétisé en effet lorsque nous avions 16 ans.

Finalement, dix ans plus tard, vous interprétez des génériques d’anime et de tokusatsu. Pourquoi un tel changement ?

L’aventure de Lazy a duré quatre ans, puis nous nous sommes séparés. J’ai voulu poursuivre une carrière solo, mais ça n’a pas bien marché. Cette période a été très difficile pour moi, mais j’ai toujours pensé qu’en tenant bon, à un moment, ça irait mieux.

Un jour, une maison de disques m’a demandé si j’accepterais d’interpréter une chanson pour une série tokusatsu. C’est ainsi que j’ai débuté sur la série de Dengeki Sentai Changeman (1985).

N’aviez-vous pas déjà chanté un an plus tôt pour la série Southern Cross (la partie 2 de Robotech) ?

Exact ! Toutefois, ce n’était pas le générique, mais ce qu’on appelle un « image song ».

Comment êtes-vous arrivé à chanter les seconds génériques de Saint Seiya, puis ceux de Dragon Ball Z ?

Comme vous le savez, le groupe Make Up a d’abord signé les premiers génériques de Saint Seiya, mais peu après, il s’est séparé. Le producteur est alors venu me voir.

Pour Chala Head Chala, quelqu’un d’autre avait chanté le générique de Dragon Ball (Hiroki Takahashi, NDR), mais quand on est arrivé à la partie Z, il avait décidé d’arrêter sa carrière. En fait, je suis l’homme providentiel (rires) ! J’ai reçu ces merveilleux cadeaux car j’étais là au bon moment. Je pense que c’est le destin !

Avez-vous une anecdote sur l’enregistrement de Cha-La Head Cha-La ?

La première fois que j’ai lu les paroles, je les ai trouvées bizarres. Je ne comprenais pas tout (rires) !

Justement, depuis vingt ans, on nous demande encore régulièrement ce que signifie Cha-La Head Cha-La

C’est une invention car ce n’est ni de l’anglais, ni du japonais ! La sonorité se rapproche de « hetchara », une expression qui dit que, quels que soient les problèmes, je m’en sortirai. Voilà l’idée de ces paroles.

Avez-vous déjà entendu les génériques français de Saint Seiya et Dragon Ball Z ?

Dragon Ball, oui, car des fans français m’ont offert le CD (il fredonne alors le premier générique d’Ariane !). Ça me rappelle les airs de la variété pop française que l’on pouvait entendre au Japon dans les années 1960 (France Gall, Salvatore Adamo…, NDR).

 

Est-ce qu’on interprète un générique de la même façon que n’importe quelle autre chanson ?

Pour moi, ce n’est pas très différent, si ce n’est que, dans les chansons d’anime, il faut y mettre de la passion. En fait, c’est souvent lié aux paroles.

Aujourd’hui, il n’y a presque plus de chanteurs comme vous, spécialisés dans ces fameux « anisong ». Les génériques sont confiés aux maisons de disques des grands labels. Pourquoi, selon vous ?

Produire un anime coûte de plus en plus cher et les maisons de disques doivent mettre beaucoup d’argent sur la table pour obtenir le droit de faire les génériques. C’est particulièrement vrai pour les séries diffusées aux heures de grande écoute. Ce sont des majors qui pèsent lourd, par exemple Sony qui avait récupéré FullMetal Alchemist. Pour rentabiliser leur investissement, ils vont alors chercher à placer leurs artistes les plus en vogue. On a eu le même phénomène sur Gundam. Autrefois, il n’y avait pas autant d’enjeux.

Dernièrement, vous avez chanté Chô Hero Densetsu, un titre que l’on peut entendre dans l’anime de Bakuman. Parlez-nous de cette chanson.

C’est le réalisateur de l’anime qui l’a composée. La première maquette que j’ai reçue avait l’air d’être juste pianotée sur un smartphone. Il n’y avait que la mélodie. Il s’agit d’une parodie des génériques de super sentai, c’est pour cela qu’on souhaitait que je l’interprète. J’ai pris plaisir à faire ce clin d’œil. On l’entend dans la saison 1.

Quelle est votre chanson préférée parmi toutes celles que vous avez interprétées ?

Sans hésiter, Cha-La Head Cha-La !

Et votre meilleur souvenir de carrière ?

Je reste attaché au live, plutôt qu’aux enregistrements de studio. J’ai eu l’occasion de beaucoup voyager et, le mois dernier, je suis allé en Égypte. C’était la première fois que je chantais dans un pays arabe. Je pensais que les fans seraient moins intéressés, que la différence de culture et de religion pouvait créer une barrière. Je me suis trompé car l’accueil a été très chaleureux. J’ai alors compris que les anime suscitaient le même engouement, quel que soit l’endroit du monde.

Interview réalisée en 2013 par Olivier Fallaix
Publiée dans AnimeLand #194
Traduction : Guillaume Dardenne

Site officiel de Hironobu Kageyama

 

Les principaux génériques de Hironobu Kageyama ont été réunis dans ce double-CD best-of sorti en 2018

[ Discographie sélective ]

1985 Chôjikû Kidan Southern Cross
1985 Dengeki Sentai Changeman
1986 Uchûsen Sagittarius (Les aventuriers de l’espace)
1986 M.D.Geist
1986 Hikari Sentai Maskman (Bioman 2)
1987 Transformers The Headmasters
1988 Saint Seiya
1989 Dragon Ball Z (série TV & films)
1991 Chôjin Sentai Jetman
1993 Casshan
1995 Kishin Dôji Zenki
1997 Bakusô Kyôdai Let’s & Go
2001 Tennô Bôkenki Webdiver
2003 Sonic X
2006 Rescue Wings
2008 Shin Getter Robo

VOUS AIMEREZ AUSSI

LAISSER UN COMMENTAIRE